Trimer au lieu d'étudier

Hard workLe travail des enfants est un des principaux obstacles à leur éducation. Employés domestiques ou dans des mines, enfants soldats, trieurs de déchets, victimes de prostitution ... parmi les 152 millions d’enfants travailleurs de 5 à 14 ans, 85 millions d'entre eux sont soumis aux pires formes de travail (esclavage, utilisation dans les conflits armés, prostitution, trafic de stupéfiants, …).

L’Afrique sub-saharienne est la région du monde la plus touchée : 21 % des enfants, soit 59 millions d’entre eux, sont victimes de travail infantile. Cependant, ce fléau touche les enfants de tous les pays en développement.

Pourtant, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée par 192 pays, oblige ces États à protéger les enfants contre toute forme de travail. Et bien que cette problématique ait diminué au niveau mondial de 31,6 % depuis 2000 (OIT, 2013), le travail infantile demeure le principal obstacle à l'éducation des enfants.

Les facteurs du travail des enfants sont multiples :

  • La pauvreté qui oblige les parents à envoyer leurs enfants travailler.
  • L’absence de certificat de naissance des enfants, qui ne peuvent ainsi prouver leur identité et leur âge face à une situation d’exploitation illégale.
  • Le système éducatif défaillant : frais de scolarité, violences à l’école, éloignement géographique sont autant de facteurs aggravants au travail des enfants.
  • Le faible niveau d’éducation des parents qui ne connaissent ni l'impact négatif du travail ni l'impact positif de l'éducation.
  • L’intérêt des employeurs : les enfants sont une main d’œuvre « bon marché ». 
  • Les crises humanitaires liées à une catastrophe naturelle ou un conflit, qui exacerbent la vulnérabilité des enfants.

Rencontrez Manan d'Inde qui est obligé de travailler depuis l'âge de 7 ans. 

 
 
 
 

Imprimer E-mail

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok